Les conditions pour souscrire à un prêt PCE

Vous avez un projet et vous voulez créer votre entreprise ? Vous avez de la détermination, mais le budget vous manque ? Pour que l’aspect financier, la solution est le prêt à la création d’entreprises, autrement nommée PCE. Il s’agit d’une aide financière dédiée aux créateurs d’entreprises. Ce dispositif permet de booster l’essor économique en favorisant la création de sociétés. En premier lieu, il faut connaître les conditions d’éligibilité à la souscription de ce prêt, puis les conditions de remboursement. À vous de décider si ce prêt convient à la réalisation de vos projets.

Qu’est-ce que le prêt PCE ?

Le prêt PCE a été créé par OSEO. Il peut être proposé par plusieurs organismes, tels que la BPI France. Afin d’aider les entrepreneurs à créer ou à maintenir une nouvelle entreprise, ce procédé reprend son sens en ces conditions économiques difficiles à cause de la pandémie. Ce prêt s’accompagne d’une somme d’argent en général entre 2 000 et 7 000 euros, et d’un soutien du ministère de l’Économie et des Finances pour encourager le développement du projet. Le prêt répond à une durée de 5 ans, durant lesquels, l’entrepreneur effectue le remboursement en suivant un échéancier de 54 mensualités, qui commence à partir du 6e mois suivant l’emprunt. Ce prêt peut être accumulé avec la somme d’un prêt bancaire, ou faute d’obtention de celui-ci, il permet d’avoir une mise de départ nécessaire à la création de votre projet (fonds de roulement). Les organismes proposant cette offre bénéficient d’un département à part qui intervient pour établir le contrat du PCE. Le PCE, depuis avril 2015, n’est plus octroyé par les banques ou BPI France. Il a, cependant, été remplacé par la garantie de prêt création BPI France qui offre elle aussi pas mal d’avantages aux jeunes entreprises.

Comment souscrire à un prêt PCE ?

Une fois votre projet établi, pour lancer la création, en s’aidant des aides financières du PCE, il vous suffit de monter un dossier pour l’obtention du prêt et de répondre au préalable aux conditions suivantes :

  • Pas de prêt bancaire récent ;
  • Limitation du nombre de salariés (10) ;
  • Le financement n’excède pas 45 000 €.

Un point supplémentaire, le créateur de l’entreprise ne doit pas gérer d’autres projets que celui pour lequel il demande le prêt PCE, ainsi qu’il ne doit pas être interdit bancaire. Ce prêt peut profiter à un entrepreneur souhaitant lancer un projet, mais aussi dans le cas où l’entreprise serait en cours de création, mais n’obtient pas de prêt bancaire. Le PCE n’est pas obtenu dans le cadre de la reprise d’une entreprise. Depuis l’abolition de ce prêt en 2015, si votre entreprise à moins de 3 ans, vous avez l’option de faire une demande de garantie de prêts auprès de votre banque qui transmettra votre dossier à BPI France. Cette garantie permet de couvrir votre prêt bancaire à hauteur de 50 % à 60 %, et elle concerne d’abord les entrepreneurs qui investissent leurs fonds personnels pour faire démarrer et faire fonctionner leur entreprise.

Quelles sont les alternatives à la souscription d’un prêt PCE ?

Les avantages du prêt PCE sont qu’il permettait de financer les dépenses liées à la création d’une entreprise sans engager de garantie ni de caution personnelle. Celle-ci étant remplacée par la garantie création, elle est accessible pour toutes les petites entreprises (PME, SARL, SAS), tant qu’elles remplissent les critères suivants :

  • 250 salariés maximum ;
  • CA inférieur à 50 millions.

De plus, les parts de la PME ne doivent pas être détenues par une entreprise n’étant pas une PME, du moins elle ne doit pas posséder plus de 25 %. Si vous êtes dans ce cas de figure, il vous suffit de faire une demande de garantie de prêt BPI France pour en bénéficier. Si vous cherchez des fonds pour démarrer votre entreprise, d’autres options s’offrent à vous, telles que le financement participatif, qui est obtenu grâce à une collecte sur Internet, ou encore souscrire ce que l’on appelle un prêt d’honneur. Il s’agit d’un prêt accordé à l’entrepreneur qui signe sur l’honneur qu’il va rembourser ce prêt, qui est à taux zéro, sans garantie et sans caution. Ces deux options peuvent aider pour obtenir un prêt bancaire et constituent des fonds complémentaires.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Retour haut de page